Comparé à un road trip en voiture, voyager en moto vous place au cœur de l’action. Vous voyez les vues, vous sentez les odeurs, vous entendez les sons, il n’y a pas de cockpit qui vous protège (et vous isole) de l’environnement. Une partie du frisson est en fait d’être sur la route ; cependant, les longues randonnées peuvent aussi être fatigantes, surtout lorsque vous passez des heures en selle. Comment secouez-vous un peu les choses lorsque vous commencez à perdre votre attention ou pire lorsque vous avez sommeil ? 

Après tout, nous avons tous heurté ce mur à un moment donné de notre journée, surtout après le déjeuner, lorsque le corps est plus occupé à digérer qu’à se concentrer sur les tâches à accomplir. La réponse la plus évidente à la question « comment faire » est de faire une pause et, si possible, d’y faire une sieste pour faire bonne mesure. Selon la NASA, même une somnolence de 26 minutes suffit pour restaurer de manière significative votre vigilance et votre niveau d’énergie.  

Ouvrir son visière

Après la pause, qui pourrait ou non impliquer une forme de consommation de caféine, le simple fait d’ouvrir votre visière pour laisser le vent de 96 km/h vous secouer est le deuxième plan d’action le plus évident contre une perte de vigilance. Ce n’est pas infaillible et si vous avez atteint le stade de la somnolence, il est peut-être un peu trop tard.  

Cependant, si vous vous sentez glisser dans des états semi-conscients d’une fraction de seconde, alors relevez cette visière, cela attirera votre attention ! 

Rester hydraté

Il est possible que vous deveniez somnolent parce que vous êtes déshydraté, surtout si vous roulez à pleine vitesse dans la chaleur estivale. La somnolence est l’un des nombreux symptômes de la déshydratation, ce que vous devez garder à l’esprit.  

Voici des conseils pour préparer un road trip à moto :

Bon, même si les motos n’ont pas de porte-gobelet pour une raison, boire en roulant avec un casque tout en faisant des vitesses allant jusqu’à 110 km/h, à moins que vous n’ayez un sac d’hydratation, est un peu un exploit. Bien sûr, vous devrez vous arrêter et prendre une gorgée ou deux ou faire une pause pipi en cours de route, mais ce sont des arrêts aux stands beaucoup plus courts que de faire une sieste.

Partir tôt

Certes, pour certaines personnes, tôt le matin est le pire moment pour voyager, et l’énergie nécessaire pour se tirer hors du lit pourrait l’emporter sur les avantages.

Cela étant dit, commencer plus tôt aligne mieux votre trajet avec votre rythme circadien (l’horloge interne de votre corps). Même si se lever était une corvée proche de la torture, faire du trajet votre première tâche de la journée vous rend plus alerte maintenant que vous ne seriez tard dans la nuit. Cela signifie également que votre journée ne se termine pas trop tard au point de se prolonger dans l’obscurité passée, à un moment où votre cerveau veut naturellement s’arrêter.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.