Malgré son succès phénoménal, la superbike Ducati Panigale V4 se renouvelle. Je vous invite à découvrir les nouvelles opportunités offertes par le constructeur de Bologne.

L’ajout d’ailerons anti-wheelings

Ducati s’est fait connaître avec les bicylindres en V à 90° avec distribution desmodromique. Le constructeur bolognais aborde actuellement la tendance du V4.

La motorisation gagne en performance et elle joue sur la vague du Moto GP et du World Superbike, à l’instar du britannique Scott Reding. En matière de style, les appendices aérodynamiques prennent appui sur la version R avec un support vertical de 30 kg            pour 270 km/h.

A partir de 100 km/h, le conducteur prend toute la dimension de la présence des wheelings.

Une protection plus poussée sur la Ducati Panigale V 4 S

La tête de fourche est beaucoup large ainsi que les flancs de carénage incluant les ouïes de refroidissement. Pour sa part, la bulle profite d’une rehausse de 34 mm.

Au niveau du châssis, le demi-châssis avant en aluminium est devenu moins rigide avec des suspensions plus souples. En effet, les ressorts ont perdu en diamètre tout en profitant d’une meilleure précontrainte.

Le côté électronique du modèle

La superbike de Ducati dispose d’une électrique en Moto GP. La Panigale V 4 S comprend un contrôle de traction rapide et un quickshifter « up and down ».

Cela permet un verrouillage express des rapports. Les cartographies moteurs ont été repensés pour apporter un niveau égal en termes d’accélération.

Les optimisations permettent des automatismes plus rapides.

Les pneumatiques propres au Panigale V 4 S

L’engin est équipé avec des pneus pluie siglés Pirelli. De plus, l’ABS sur l’angle apporte un atout certain ainsi que le contrôle de traction en mode puissance soft et des suspensions électroniques Ohlins en paramétrage souple.

Malgré des pneus chauffés à blanc, les pneus pluie proposent une adhérence maximale entre 40 et 50° C.

Les autres opportunités du modèle de Ducati

L’engin dispose d’un grip performant. En ligne droite, 300 km / h deviennent possible. En outre, cela permet de tester la protection de la bulle et une bonne maîtrise face aux turbulences.

La position est accueillante pour un hypersport de cette qualité. En tout cas, la prise en main est facilitée.

Un rythme supérieur est démontré par un aérodynamisme qui convient parfaitement à une conduite sur route comme en ville.  Par ailleurs, l’engin avoisine tout de même les 30 000 € à l’achat.

Crédit Photo : gotmdm.com & moto-station.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *