Après des mois de débat, le Danemark a rejeté la nouvelle réglementation européenne sur l’inspection annuelle des motos lorsqu’il a promulgué ses propres inspections routières des motos le 1er janvier 2022. Effectuée par les autorités danoises, chaque inspection détermine l’état de fonctionnement et les émissions sonores de la moto. Ceux qui ne réussissent pas reçoivent une amende de 330 euros. Si un coureur commet la sixième infraction, les autorités lui remettront une contravention de 2 400 euros.

Cependant, les autres membres de l’UE, la France et la Finlande, n’infligeront pas d’amendes importantes. Au lieu de mettre en œuvre leurs propres pratiques réglementaires, la France et la Finlande ont été réticentes à adopter les nouvelles restrictions imposées par l’UE. Dirigé par le ministre français des Transports Jean-Baptiste Djebbari, le Conseil d’État français a annulé le décret au printemps 2022. La Fédération française de motocyclisme (FFM) et la Fédération française des motards en colère (FFMC) ont soutenu la décision du gouvernement tout en s’engageant à contribuer à la réduction du bruit et améliorer les relations communautaires.

Les mesures existantes sont suffisantes pour les deux pays

La Finlande suivait de près, le ministère finlandais des Transports et des Communications assurant à l’Association finlandaise des motocyclistes (SMOTO) que le pays n’adopterait pas les inspections annuelles de l’UE. 

Voici une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

L’instance dirigeante a également noté que les mesures actuelles sont déjà suffisantes pour la sécurité routière. `Bien entendu, la FFMC et le SMOTO sont membres de la Fédération des Associations Motocyclistes Européennes (FEMA), et l’organisation soutient pleinement les pilotes français et finlandais.

Ce sujet fait débat au sein des membres de l’UE depuis des années

Selon le secrétaire général de la FEMA, Dolf Willigers, la discussion concernant le contrôle technique périodique des motos a été faite depuis longtemps. Pour certains, cette mesure pourrait en outre renforcer la sécurité routière. Pour d’autres, ceci n’est pas le cas. Pourtant, il n’y a aucune preuve indiquant que les causes principales des accidents sont l’état technique des motos.

Selon les rapports existants, les raisons des accidents sont tout autre. Cela n’a qu’un rôle marginal. La sécurité est surtout liée à l’application des règles de circulation, les infrastructures et l’application des règles sur la route. Ainsi, les deux pays veulent en outre conserver les mesures déjà en vigueur. En effet, ces nouvelles mesures pourraient compliquer encore plus la situation déjà tendue à l’heure actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.