Je ne le répéterais jamais assez. Les pneumatiques sont  fondamentaux à la fois pour le bon fonctionnement de l’engin sur la route et la sécurité du motard.

La vérification des pneus usagés

Des pneus usés réduisent le rendement d’un pneu. Quand les témoins sont en contact avec la bande de roulement, le remplacement est nécessaire.

L’usure des gommes optimise le risque de crevaison. De plus, les baisses de performance sont accentuées. En outre, la verbalisation des forces de l’ordre constitue une autre menace sérieuse.

Selon le type d’usure, il est possible de conserver la carcasse, le profil et la gamme et de procéder au remplacement du pneu usagé.

Sinon, il faut changer la monte complète.

Les offres du marché

Le motard peut aussi acquérir des pneus récents ou s’orienter vers les secondes lignes. Il s’agit d’une offre qui garde le cahier des charges de base, mais qui a subi un remplacement du fait des évolutions.

Les pneus basiques disposent de multiples références et tablent sur la polyvalence. Le touring ou GT-Sport est plus technique.

Adapté aux changements météo, il est doté d’un bon ratio performance/longévité. Le pneu Sport est plus routier.

Il dispose d’un rendement favorable avec un  niveau de grip pour un meilleur rythme de routage. Le Supersport admet des prestations et des performances haut de gamme avec une certaine lacune en sillons.

Le Racing ou Track Days vise la performance liée à une homologation. Il permet les prises d’angle, la motricité et un freinage efficace mais la longévité n’est pas au rendez-vous.

Les Customs disposent d’une dimension et d’une carcasse hors normes afin des supporter le poids d’un engin. Le Supermotard demande une puissance optimale alliée à un poids léger.

Le mode d’utilisation après l’achat des pneus

En règle générale, il convient de roder les pneus via une conduite coulée afin d’ôter la paraffine. Il suffit de monter en température à travers une succession de phases d’accélération et de freinage.

Il est conseillé de répéter l’opération tout en progressant en ligne droite.

Quant au gonflage et la pression du pneu, il faut tenir compte des recommandations du constructeur moto. Elles renseignent sur la pression à froid des pneus.

Majoritairement, la pression à froid est + 0,3 bar à chaud. Un delta de 0,4 bar influe sur le comportement de la moto sur la route.

S’il est sur-gonflé, le pneu dispose d’une zone de contact moindre au sol. Le retour d’information enregistre une perte au niveau du grip.

S’il est sous gonflé, le pneu a tendance à chauffer. L’usure est accentuée et la sensation de lourdeur est rapidement ressentie.

De plus, les rainurages risquent de perdre en efficacité, en cas de pluie.

Crédit Photo : log.allopneus.com & motoblouz.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *