Si vous êtes un motard en faveur du partage de voies et que vous vivez en France, vous êtes peut-être assez en colère en ce moment. Au cours du week-end du 20 février 2021, des milliers de motards utilisant le hashtag #MotardsEnColere, ont protesté contre la nouvelle interdiction du partage de voies par la France dans tout le pays.

Suite aux résultats décevants d’une étude d’observation de cinq ans sur  le partage des voies en France, le gouvernement national a décidé d’adopter une position plus sévère sur cette zone auparavant grise. Dans les années précédentes, le partage de voies n’était pas explicitement  légal, mais il était largement toléré et, plus important encore, n’était pas puni. 

Certaines routes ont explicitement permis la pratique de la division des voies pendant les cinq ans de l’étude. Cependant, à compter du 1er février 2021, il est désormais officiellement interdit partout en France. Les contrevenants risquent une amende de 135 euros, ainsi que trois points sur leurs licences. 

Une décision qui fait polémique

Les motards favorables au partage des voies avaient espéré que cette étude se terminerait par des résultats en leur faveur, mais ce n’est pas le cas. Au lieu de cela, les chercheurs ont constaté une augmentation d’environ 12 % des accidents liés au partage de voies au cours de cette période de cinq ans, et le gouvernement a annoncé ces nouvelles sanctions. Vingt jours après l’entrée en vigueur de l’interdiction, des motards français sont descendus dans les rues de villes de tout le pays, notamment Paris, Lille, Toulouse et Lyon, à la suite d’un appel à l’action du groupe d’utilisateurs de motos Fédération Française des Motards en Colère. 

Voici une vidéo montrant les manifestations des motards :

Bien que la pratique du partage de voies n’ait jamais été officiellement légale, les motards craignent que l’application de la loi augmente maintenant que des sanctions explicites ont été énoncées. Avant l’étude, les motards pouvaient généralement s’en tirer en se séparant soigneusement, mais maintenant ils craignent une répression et ils n’en sont pas heureux.

Une grande manifestation a eu lieu

Le CEREMA, l’organisation qui a mené l’étude, a suggéré que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour rendre la pratique plus sûre. Cependant, on ne sait pas si cette recherche aura jamais lieu. Il n’est pas non plus clair si ces manifestations de motards français en colère étaient un événement ponctuel ou si elles continueront jusqu’à ce que le pays revienne sur son interdiction de diviser les voies. 

En parcourant le hashtag #MotardsEnColere, vous obtenez un certain nombre de photos et de vidéos des manifestations du 20 février, provenant de divers endroits. On ne sait pas combien de motards ont participé, mais les estimations se chiffrent à des milliers, et il y en avait certainement plus que quelques-uns. Il reste également à voir quels effets les événements en France pourraient avoir sur la législation sur le partage de voies ailleurs dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.