Après le Thruxton 2, le café racer dispose d’une approche encore plus performante avec le Triumph Thruxton RS. Retrouvez les forces et les faiblesses de l’engin.

Les modifications d’ordre technique

Le moteur dispose de 8 chevaux en plus. En effet, le moteur Euro 5 bénéficie de 500 tours supplémentaires, et procure 700 tours pour un couple similaire.

Hormis l’amélioration du moteur, le cycle est aussi gâté. Il faut compter un gain de 6 kg, la présence d’étriers de frein de la marque Brembo, parmi  les plus récents.

De plus, les pneus sont supersport et il ne faut pas omettre la fourche Showa BPF ainsi que les combinés amortisseurs de marque Ohlins. Pour le style, la Thruxton RS prend place pour se substituer à la Thruxton standard et la Thruxton R.

La couleur sombre domine tout le design. Cela passe par les jantes, les ressorts des amortisseurs, les caches d’arbres à cames.

Cette peinture noire est bien coordonnée avec la carrosserie gris/argent dotée d’une bande rouge mat. Pour en apprendre plus, consultez cet article.

Le comportement général du  Triumph Thruxton RS

Quand le conducteur essaie le modèle, il peut noter un réservoir trop restreint pour un 1 200. Par ailleurs, les câblages électriques connaissent une intégration médiocre émanant des commodos.

Malheureusement, un braquage à fond provoque le toucher du réservoir. En parallèle, l’engin n’est pas bien indiqué pour circuler en ville.

Son braquage est moyen via un demi-tour sur 5,60 mètres. Le moteur chauffe un peu trop lors des arrêts aux feux tricolores.

Pour leur part, les poignets sont peu à l’aise au niveau de l’appui sur les guidons-bracelets. Le réseau secondaire est davantage l’apanage du modèle.

Le mode sportif chez le Thruxton RS

La moto prend dynamiquement les tours d’une grande puissance, il agit tel un gros twin. Sur la route, le couple œuvre comme il se doit.

Quand à la partie-cycle, son évolution est moindre. Une bonne tenue de route est observée malgré un petit déséquilibre entre la fourche et les amortisseurs.

La fourche est bien calibrée, les ressorts des amortisseurs sont raides et l’amorti hydraulique est souple au rebond. Les vitesses de passage font penser au Tourist Trophy.

Néanmoins, le réservoir est gênant lors des freinages du fait de son étroitesse. En cas de conduite extrême, il faut freiner à la force des bras.

Le résultat de l’essai du Thruxton RS

Rappelant les moments de gloire des café racers, la Thruxton RS comprend un excellent châssis. Le twin vibre et donne la charge dans une belle ambiance.

Le modèle regroupe couple, puissance, vibration et sobriété pour le plus grand bonheur des adeptes. Retrouvez toutes ces données en lisant ce sujet.

Crédit Photo : ultimatemotorcycling.com & youtube.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *