La dernière norme en vigueur porte le sigle EN 17092. Elle porte sur les étiquettes d’homologation des habits pour les motards.

Je vous propose plus de détails concernant ces dispositions nouvelles.

Les modifications propres au référentiel

Après la précédente norme EN 13595, la réforme européenne relative aux vêtements de protection connaît plusieurs aménagements. En effet, ce type de tenue doit favoriser les renforts, les éléments de protection.

Elles sont reconnues en tant qu’EPI ou équipements de protection individuelle. En respectant la réglementation, ces tenues peuvent afficher l’étiquette CE.

Après des tests en laboratoire, elles doivent obéir à la norme EN 17092.

Les particularités de la nouvelle norme

Le changement le plus important est relatif à la méthode d’évaluation de la résistance à l’abrasion. Les zones à renforcer connaissent une identification plus poussée.

Cela dépend du niveau d’exposition à la chute. La zone 1 porte sur les articulations. La zone 2 intègre le dos, les bras et les jambes.

La zone 3 inclut le buste et les mollets. Les coutures renforcées sont destinées aux zones 1 et 2 et les poches.

De plus, l’homologation requiert des tests de coupure, d’étirement, de recherche de composés chimiques nocifs. Il ne faut pas négliger l’absence d’entrave à la conduite.

Le détail sur les étiquettes d’homologation EN 17092

En fait, le logotype du motard va être assorti à plusieurs lettres de référence, à travers AAA, AA, A, B, et C. Elles vont servir d’indicatif du degré de protection de l’équipement comme une veste, un pantalon, une combinaison.

En clair, AAA représente la protection la plus élevée. La lettre A est la moins pourvue en termes de protection.

Toutefois, elle s’avère moins contraignante. La lettre B correspond aux tenues commercialisées sans coques et la lettre C concerne uniquement les gilets de protection.

Cette classification autorise une sélection plus adaptée selon la pratique. Il s’agit d’une conduite sur route, en ville ou sur un circuit, ainsi que le degré des risques potentiels.

Une norme bien retenue par la majorité

Même si cette norme qui se nomme ENpr 17092 revêtait encore un caractère provisoire, elle est bien enregistrée auprès du public cible. Les équipements l’ont bien adopté, à l’instar de Bering, Segura, Ixon ou Furygan.

Pour leur part, les professionnels étrangers ne sont pas assujettis à cette norme. Cela ne les empêche nullement de proposer des tenues de haute qualité.

En tout cas, les fabricants disposent d’un délai pour se conformer à cette nouvelle norme technique prônée par la réglementation. La date limite pour vendre les stocks de vêtements certifiés est l’année 2024.

Crédit Photo : fondsecran.eu & motoreflex.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *